QU'EST-CE QUE LE SPIRITISME ?

Allan Kardec

Retour au menu
160. En quoi consistent les souffrances de l'âme après la mort ? Les âmes coupables sont-elles torturées dans les flammes matérielles ?

L'Eglise reconnaît parfaitement aujourd'hui que le feu de l'Enfer est un feu moral et non un feu matériel, mais elle ne définit pas la nature des souffrances. Les communications spirites les mettent sous nos yeux ; par ce moyen, nous pouvons les apprécier et nous convaincre que, pour n'être pas le résultat d'un feu matériel, qui ne saurait en effet brûler des âmes immatérielles, elles n'en sont pas moins terribles dans certains cas. Ces peines ne sont point uniformes ; elles varient à l'infini, selon la nature et le degré des fautes commises, et ce sont presque toujours ces fautes mêmes qui servent au châtiment : c'est ainsi que certains meurtriers sont astreints à rester sur le lieu du crime et à avoir sans cesse leurs victimes sous les yeux ; que l'homme aux goûts sensuels et matériels conserve ces mêmes goûts, mais l'impossibilité de les satisfaire matériellement est pour lui une torture ; que certains avares croient souffrir le froid et les privations qu'ils ont endurés pendant la vie par avarice ; d'autres restent auprès des trésors qu'ils ont enfouis et sont dans des transes perpétuelles par la crainte qu'on ne les leur enlève ; en un mot, il n'y a pas un défaut, pas une imperfection morale, pas une mauvaise action qui n'ait, dans le monde des Esprits, sa contre-partie et ses conséquences naturelles ; et, pour cela, il n'est pas besoin d'un lieu déterminé et circonscrit : partout où il se trouve, l'Esprit pervers porte son enfer avec lui.

Outre les peines spirituelles, il y a les peines et les épreuves matérielles que l'Esprit, qui ne s'est pas épuré, subit dans une nouvelle incarnation, où il est placé dans une position à endurer ce qu'il a fait endurer aux autres : à être humilié s'il a été orgueilleux, misérable s'il a été mauvais riche, malheureux par ses enfants s'il a été mauvais fils, etc.. La terre, comme nous l'avons dit, est un des lieux d'exil et d'expiation, un purgatoire, pour les Esprits de cette nature, et dans lequel il dépend de chacun de ne pas revenir, en s'améliorant assez pour mériter d'aller dans un monde meilleur (Livre des Esprits, n° 237 : Perceptions, sensations et souffrances des Esprits. - Id., livre 4° : Espérances et consolations ; peines et jouissances futures. - Revue spirite, 1858, page 79 : L'assassin Lemaire. - Id., 1858, page 166 : Le suicidé de la Samaritaine. - Id., 1858, page 331 : Sensations des Esprits. - Id., 1859, page 275 : Le père Crépin. - Id., 1860, page 61 : Estelle Régnier. - Id., 1860, page 247 : Le suicidé de la rue Quincampoix. - Id., 1860, page 316 : Le Châtiment. - Id., 1860, page 325 : Entrée d'un coupable dans le monde des Esprits. - Id., 1860, page 384 : Châtiment de l'égoïste. - Id., 1861, page 53 : Suicide d'un athée. - Id., 1861, page 270 : La peine du talion).

Articles connexes

Voir articles connexes